Introduction

Récit symbolique dans lequel Dieu apprend aux hommes la sagesse de vie.

Ngoyi wa Lubingabinga.

Note : Lubingabinga signifie étymologiquement celui qui a toujours raison ; le mot provient du verbe Kubinga (mu tshilumbu) = gagner le procès. C’est le nom d’un personnage légendaire, connu non seulement chez les Baluba mais chez beaucoup d’autres peuples. Autour de ce nom se forma tout un cycle de contes, anciens et nouveaux, qui dépeignent le personnage comme un maladroit irréfléchi, qui par ses bévues et son manque d’intelligence se met dans des situations compliquées, mais qui, par l’intermédiaire d’un tiers, finit toujours par s’en tirer. Dans cette fable spirituelle l’accent est mis sur l’impertinence du chien coupable. On remarquera aussi la politesse de Dieu et sa bienveillance paternelle, Il ne se fâche pas mais donne des explications au sujet de la raison de ses actions. Le chien remplit ici le rôle de l’homme. leur sympathie. Pourquoi ? Non pas à cause de son astuce, comme dans les fables de Kabundi, non plus à cause d’une vertu qu’ils admirent en lui ou d’un vice qu’ils lui reprochent, comme c’est le cas dans les fables d’animaux ; Lubingabinga a le coeur droit et dans sa maladresse, il est plein de bonne volonté. Mais les Noirs trouvent quelque chose de spirituel, au niveau de leur intelligence, dans les bouffonneries qui ont leur origine dans des quiproquos ou de simples malentendus basés sur des jeux de mots ou des calembours. Ngoyi n’est pas un mortel ordinaire. Quoi qu’il fasse, il ne lui arrive jamais de mal ; il n’est jamais puni par les hommes, on lui donne toujours raison, sans qu’il doive même plaider sa cause. On le place dans une situation spéciale vis-à-vis de Dieu, qui presque toujours intervient dans ces fables. Lubingabinga est choisi par Dieu pour servir de guide et de protecteur aux miséreux qui veulent aller vers Dieu ; sa tâche finie, il ne retourne pas sur terre avec les hommes, mais reste auprès de Dieu. On voit mal de quel personnage Ngoyi wa Lubingabinga est le symbole dans la mythologie nègre.

================

Quelqu’un avait une femme qui était enceinte ; chaque fois que cette femme mangeait, elle devait vomir. Un beau jour, il se leva et dit : «Je vais chez Dieu pour qu’il me fasse connaître la cause qui fait vomir ma femme et  me donne un médicament pour lui faire guérir l’intérieur.»

Il se mit en route, arriva chez Dieu, Lui raconta le cas et se tut.

Dieu de dire : «Retourne chez toi et amène moi l’homme qui s’appelle Ngoyi wa Lubingabinga, reviens ici avec lui immédiatement.»

Notre homme se mit en route, interrogeant ici, interrogeant là, interrogeant tout le monde. Il arriva chez Ngoyi de Lubingabinga. Il lui fit connaître le message de Dieu.

Ngoyi répondit : «Si Dieu m’appelle, est-ce à moi de refuser ? Partons.»

Ils se mirent en route. Arrivés au milieu d’une plaine — d’où ils venaient c’était loin, où ils allaient c’était loin — ils voyaient une chose longue qui leur barrait la route ; c’était fort long.

Cette chose dit : «Si vous passez du coté de ma tête, je vous avalerai ; si vous allez du coté de mes pattes, j’appellerai un grand nombre d’hommes pour venir vous égorger ».

Nos hommes de s’écrier : « Ciel ! Qu’est-ce donc pour un revenant de malheur ? Comment passer ici aujourd’hui ? »

Ils sautaient vite dans la brousse, du coté des pattes de l’ogre mais, comme je vous le dis, l’ogre criait : « Eh là ! Ici, les hommes ! »

Bon sang, lorsque Ngoyi et son compagnon regardèrent derrière eux, ils virent une centaine d’hommes, tous armés de couteaux et vêtus de feuilles sèches de bananier qui les suivaient. Ngoyi se plaça devant son ami, il voulait le sauver ; s’il ne le faisait pas, on le tuerait en route.

Les hommes que l’ogre avait appelés pour tuer Ngoyi et son compagnon, s’appelaient les Bata Nsanza (1).

Ngoyi et l’ami qui était venu le chercher arrivaient chez un chef de viilage en poussant des cris. Les Bata Nsanza les suivaient en criant : « Ceux-là, où que ce soit, aujourd’hui nous les assommons ».

Ngoyi et son ami coururent vers le chef et le supplièrent : « Sauvez-nous ».

Le chef dit: «Asseyez-vous ici».

Ils s’asseyèrent. Peu après aussi les Bata Nsanza arrivèrent là ; ils avaient retroussé leurs vêtements et avaient l’air sauvage.

Arrivés auprès du chef, celui-ci leur demanda : « Quelle affaire avez-vous avec ces hommes ?»

Ils répondaient : « Notre maître leur avait défendu de passer, mais ils ont passé de force».

Le chef dit : « Ngoyi, veuille raconter toi aussi ce qui en est ». —

Il dit : « Cher chef, nous étions en route ; nous voyions quelque chose de très grand qui barrait la route. Quand cela nous vit, cela cria : « Eh là ! Ne passez pas du coté de ma tête ! » Nous sommes passés alors du coté de ses pattes ; mais ces gens, pourquoi ils nous suivent de si près, nous l’ignorons ; vous voudriez bien le leur demander ». (2)

Le chef décida : « Vous Bata Nsanza, vous avez tort ; retournez chez vous ; Ngoyi wa Lubingabinga tu as raison ».

Ngoyi et son compagnon restèrent auprès du chef de village, en disant : « Nous restons à votre service ».

Un beau jour, le chef convoqua ses gens pour venir travailler ses champs. De bon matin, alors qu’il était encore à songer : « aujourd’hui ils viennent travailler », il vit déjà — c’était encore à la pointe du jour — Ngoyi, qui lui demanda une houe pour aller travailler avant les autres. Le chef prit une houe et la lui remit.

Ngoyi, arrivé au champ, dit à son compagnon : « Aujourd’hui nous quittons le chef, nous continuons notre voyage. Je vais lui chercher d’abord querelle » (3).

Quand le chef arriva sur place avec quelques-uns de ses hommes, Ngoyi se glissa tout près du chef et le frappa vivement avec sa houe sur la jambe, en plein ! Le chef tomba et cria : «Empoignez-les ! »

Lorsque les gens, qui étaient en train de travailler, arrivèrent en vitesse, le couple s’était déjà enfui dans les hautes herbes. Les gens du chef se mirent à les poursuivre longtemps, jusqu’aux cases d’un certain petit village. Il y avait là une femme veuve, qui les arrêta pour les interroger sur l’affaire. Ceux aussi qui étaient poursuivis arrivèrent là.

La femme dit : « Pourquoi courez-vous si obstinément après ces hommes ? »

Ils répondirent : « Ils ont frappé notre chef ». —

La femme répliqua : « Et vous, qu’avez-vous à dire ?»

Ngoyi dit : « Chère mère, ce chef venait de me donner une houe, en disant : allons travailler. Mais quand je la tenais bien en main, le fer s’en échappa, il frappa à l’improviste la jambe du chef (4) ; de là tout ce branle-bas ».

La femme décida : « Vous autres, retournez. Ngoyi, tu as gagné la cause».

Ngoyi et son compagnon restèrent au service de cette femme.

Environ sept jours se passèrent. La femme un jour alla au champ. En partant elle leur dit: « J’ai ici beaucoup de farine de manioc ; pour qu’elle ne moisisse pas, je l’ai mise à sécher au soleil ; restez ici pour la tenir à l’oeil : et la pluie et la farine ; nous sommes en effet en pleine saison des pluies. »

Nos hommes restaient là en regardant le ciel ; ils tenaient l’oeil sur la pluie et sur la farine. Tout à coup, un orage survint, sans éclairs ni tonnerre ; il pleuvait à creuser des fosses, toutes les rivières débordaient. Nos hommes en voyant cela coururent vite chercher deux nattes et s’accroupirent chacun sur sa natte et continuèrent à regarder la pluie et la farine. Vous savez comment la farine dans la pluie se met tout de suite à coaguler ; la masse d’eau entraîna toute la farine. Mais eux, ils restèrent là, assis.

La femme revint. Elle vit toute la farine emportée par l’eau et Ngoyi avec son compagnon accroupis.

Elle se mit à crier : « Les hommes, par ici ! »

Les membres de sa famille accoururent ; chacun avec un couteau. Nos amis prirent la fuite en vitesse, tout droit vers un autre petit village. Là habitait une femme avec un enfant d’environ trois ans. Celle-ci les arrêta. Elle demanda à ceux qui les poursuivaient : « Que se passe-t-il ?»

Ils répondirent : « Ils ont gâté la farine de manioc de notre grand-mère ! »

La femme dit : « Toi, Ngoyi, qu’as-tu à dire ? »

Ngoyi de répliquer : « Chère mère, la femme nous avait laissé sa farine pour la tenir à l’oeil ; il commençait à pleuvoir et un peu de pluie tomba dessus. Lorsqu’elle revint du champ, elle cria : assommez-les ! » (5)

La femme jugea : « Ngoyi tu as raison ; vous autres retournez vers votre village ».

Ngoyi et son ami restèrent au service de cette femme. Un jour elle leur donna son enfant en disant : « De ce pas, je vais au marché ; vous autres restez ici, il y a de la farine de manioc au grenier dans une bouteille ; préparez-en une bouillie de manioc pour manger ensemble avec l’enfant ».

Nos amis, restés seuls, prenaient l’enfant, le tuaient et le découpaient pour le manger avec le manioc. Lorsque la mère de l’enfant revint, elle trouva l’enfant tué.

Elle se mit à crier : « obobo bo bobo ! ekelekele ! N’y a-t-il pas d’hommes par ici ? On est en train de me tuer ! »

alligator head
Photo by Flickr on Pexels.com

Lorsque Ngoyi vit cela, il disparut de suite dans les hautes herbes ; il s’y cacha avec son compagnon, sauvés. Tout auditeur trouve sa défense pertinente et spirituelle. Les villageois accoururent, ils suivirent les traces dans la brousse et arrivèrent chez un certain chef de village. Là, ils trouvèrent Ngoyi et son ami, déjà assis devant le chef. Lorsqu’ils étaient là avec leurs engins de mort, le chef les interrogea : « Pourquoi êtes-vous en guerre avec ces hommes ?»

Ils répondirent : « Ils ont tué l’enfant de notre tante !»

Le chef interrogea alors Ngoyi et son compagnon: « Vous autres, qu’avez-vous à dire ?»

Ils répondirent : « Chef, cette femme nous avait donné l’ordre : Préparez de la bouillie de manioc et mangez-la avec l’enfant ».

Le chef décida : « Vous tous, retournez à la maison, vous avez tort, Ngoyi tu as raison ».

Ngoyi restait là avec son ami, peu de jours, environ une semaine. Ce chef avait un très bon chien, tout blanc, très beau, une bête excellente ; il l’aimait comme un homme. On avait préparé pour ce chef de la bouillie de manioc et une poule, bien cuite et tendre par l’huile de palme. On lui présenta ces aliments, il en prit un morceau, le trempa dans la sauce, le jeta dans sa bouche, le mastiqua et l’avala. Quand il voulut prendre un autre morceau, il vit la viande (la poule) déjà dans la gueule du chien.

Il cria vers Ngoyi :« Attrape le chien et arrache-lui la viande ! »

Ngoyi prend sa lance et poursuit le chien. Ils courent autour de la case ; arrivés près d’une autre case, la lance frappe le corps du chien. Le chef le vit et devint furieux ; menaçant il cria : « Apportez ici la tête de ces hommes ! »

De suite on poursuivit Ngoyi et son compagnon. Ils arrivèrent à l’endroit où habitait un Blanc. Le Blanc les arrêta et interrogea les hommes du chef. Ils lui racontaient comment le chien du chef fut tué.

Ensuite le Blanc interrogea Ngoyi : « Tout cela est-il vrai? »

Ngoyi répondit : « Monsieur, le chef m’avait envoyé pour tuer ce chien parce qu’il avait avalé une poule ».

Le Blanc décida : « Vous tous retournez ; Ngoyi a raison ».

Ngoyi et son ami restèrent une semaine chez ce Blanc. Un jour, le Blanc avait donné ses vêtements au boy pour les laver. Il dit: « Portez ces vêtements chez Ngoyi pour les repasser, avec le fer à repasser ».

Ngoyi reçut les habits, alluma un feu, prit tous les vêtements du Blanc et les y jeta. Quand celui-ci arriva, il trouva tous ses habits brûlés ; il était stupéfait et appela vite ses soldats. Ils accoururent, empoignèrent Ngoyi et l’amenèrent chez le Blanc.

Celui-ci l’interrogea : « La raison pour laquelle tu as brûlé mes vêtements, quelle est-elle
» ?

Ngoyi répondit : « Votre boy me les a donnés en disant : brûle-les (repasse-les), le Blanc l’a commandé ainsi. Moi donc, quand j’ai entendu cet ordre, je les ai brûlés ».

Le Blanc était furieux et s’écria : « Je vais te faire tuer immédiatement ».

Ngoyi joua des jambes et déguerpit en double vitesse. Le Blanc appela ses soldats; ceux-ci poursuivaient les deux hommes, longtemps, jusqu’à une rivière. Ngoyi de suite mit les pieds dans l’eau; l’eau était noire. Il n’y avait pas de bâton d’appui pour la passer, elle était large et profonde aussi. Ngoyi et son ami couraient sur l’eau et l’eau ne céda pas sous leurs pieds. Mais tous ceux qui les poursuivaient, chaque fois que l’un d’eux se jeta à l’eau, de suite un crocodile le happa et l’avala ; ainsi tous, du premier jusqu’au dernier.
Lorsque les deux compagnons avaient atteint l’autre rive, puis traversé les hautes herbes, ils se trouvèrent tout à coup devant Dieu. Dieu jeta les yeux sur Ngoyi wa Lubingabinga et son homme.

Il dit à ce dernier : «Retourne à la maison, la maladie de ta femme est finie. Si tu n’étais pas resté fidèle à ce Ngoyi, tu serais mort en cours de route et ta femme donc aussi aurait succombé à sa maladie ».

Lorsque Dieu eut fini de parler. Il disparut avec son Ngoyi wa Lubingabinga.

L’homme se dit : « Je vais retourner ».

Il regarde derrière lui et voit qu’il est déjà à sa maison, il voit sa femme qui revient d’aller chercher du bois de chauffage.

Il lui demanda : « Dois-tu encore vomir ? »

Elle répondit : « Pas du tout ; dans mon intérieur, je ne sens plus rien de faible ».

Telle est l’histoire de Ngoyi Lubingabinga.

Conté par Biaye Omer et Bakwa Odile, Bakwa Kalonji ka Mutombo Kaci.

Source: La notion de Dieu chez les Baluba du Kasayi
(1) Bata Nsanza: de kutwa nsanza = être nombreux. Bata Nsanza: les nombreux.
(2) Ngoyi expose l’affaire en sa faveur, en omettant la défense de passer 
du coté des pattes. Il présente le fait de passer du coté des pattes comme 
conséquence naturelle de la première défense. L'affaire, ainsi proposée, 
lui devient favorable, les gens qui le poursuivent sont mis en mauvaise 
posture. C’est cette astuce qui plaît aux auditeurs.
(3) La ruse de Ngoyi consistant à chercher d’abord noise au chef, le rend 
sympathique aux auditeurs.
(4) Le mensonge de Ngoyi pour donner à sa mauvaise action un aspect bénin,
est fort goûté des auditeurs.
(5) Même ruse, Lubingabinga minimise l’incident pour rendre la colère de 
la femme ridicule. 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s